|

Gabrielle Goulet : une première montréalaise galvanisante

Le 4 avril 2014, dans le cadre de la 11e Série Découvertes des Week-ends de la chanson Québécor, Gabrielle Goulet effectuait sa première montréalaise à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts pour présenter Papillon, son album haut en couleur.

Gabrielle-Goulet-aBottes de cowboy aux pieds et guitare à la main, l’auteure-compositrice-interprète venue de Bourget en Ontario a dès le début su instaurer une ambiance enveloppante. « C’est une petite salle et j’aime ça, a-t-elle dit. Ce n’est pas la quantité qui compte, mais bien la qualité, comme on dit! » Dans un décor rustique chic, agrémenté de lanternes et de plantes, l’artiste était accompagnée par ses trois musiciens, soit un guitariste, un bassiste ainsi qu’un batteur.

Avec toute la fougue de ses 21 ans, Gabrielle Goulet est passée comme un vent de fraîcheur dans la mythique salle de la Place des Arts. Ayant démontré qu’elle était littéralement un livre ouvert, la chanteuse à la voix d’or a conquis son audience non seulement avec son talent, mais avec son énergie contagieuse. « Je suis une fille quétaine, mais compliquée. J’angoisse toujours pour rien. Mais dans la vie, il faut savoir tomber en amour avec les choses simples. C’est là que je suis tombée en amour avec une voix », a-t-elle rapporté, en introduisant sa composition Ta voix.

Elle n’a peut-être que deux décennies à son actif, mais ses textes sont écrits avec une telle finesse et des messages bien précis, comme c’est le cas dans celui de la pièce Crier, inspirée de la tragique histoire de Marjorie Raymond, victime d’intimidation. « Si l’on crie assez fort, nous sommes capables de changer les choses », a rétorqué Gabrielle, en introduisant cette mélodie empreinte d’espoir.

À travers ses présentations bien à elle, la jeune femme a offert à son public deux reprises de chansons bien connues : Comme on attend le printemps de Jérôme Couture et Feel Happy de Véronic DiCaire, l’idole de son coin de pays. Elle a également livré une performance rayonnante de sa version française de la célèbre chanson Walking on Sunshine, durant laquelle elle a invité les gens à chanter et danser avec elle.

Assister à un concert de cette sympathique campagnarde, c’est clairement comme contempler un arc-en-ciel : remplie de couleurs, de facettes, mais surtout de talent à l’état brut. Elle n’a que 21 ans, mais les étoiles sont alignées; sa carrière ne fait que prendre son envol.

Gabrielle Goulet, un nom à retenir.

Photos disponibles dans notre Galerie photos et sur Facebook.

Par : Anaïs Brunelle
Crédit photo : Mélanie Pilon

Voir aussi : , , , , ,

1 Réponse Pour “Gabrielle Goulet : une première montréalaise galvanisante”

  1. Odette Saumure dit :

    Bravo Gabrielle, nous sommes vraiment fier de toi a Bourget. Es-tu libre le 25 avril pour faire une petite apparence a notre foire commerciale a l’Académie de Hockey a Rockland. Meme une petite performance serait grandement apprécié. Nous nous chargerions d’en faire la publicité.
    Bravo encore pour tes exploits.

    Odette

Laisser un commentaire