|

I.Q. : un festin musical!

IQ-8septembre2017-a

C’est avec anticipation et plein d’enthousiasme que j’ai assisté hier soir au spectacle d’I.Q. à la salle Jean-Paul-Tardif du collège Saint-Charles-Garnier de Québec.

I.Q. roule sa bosse depuis 1981 et fait partie de cette nouvelle vague du rock progressif communément appelée Néo-Progressive. Composé de Peter Nicholls (voix), Mike Holmes (guitare), Paul Cook (batterie), Tim Esau (basse) et Neil Durant (claviers), le groupe est venu nous présenter une superbe rétrospective de son impressionnante carrière.

Réputé pour offrir des performances exceptionnelles en spectacle, I.Q. en a mis en effet plein la vue et les oreilles aux nombreux connaisseurs. Quelques oreilles américaines ont même fait plus de neuf heures de route pour venir assister à ce spectacle!

IQ-8septembre2017-b

Peter Nicholls, avec sa voix fragile et authentique, a assuré tout au long du spectacle. Mike Holmes, un virtuose de la six-cordes, a fait jaillir de son instrument des sons, des arrangements finement ciselés, des mélodies fortes qui donnent depuis toujours au band sa couleur unique. D’entrée, le ton du spectacle fut donné avec Breathtaker (Subterranea 1997), solide à souhait! Puis, Knuckhead, From The Outside In, The Road Of Bones et Until The End, toutes extraites du dernier opus The Road Of Bones (2014). Ensuite, The Magic Roundabout (The Wake 1985), The Narron Margin (Subterranea 1997), Frequency (Frequency 2009), Guiding Light (The Seventh House 2000), The Wake (The Wake 1985) et The Last Human Gateway (Tales From The Lush Attic 1983). Pour terminer ce festin musical, deux rappels pour satisfaire l’appétit des spectateurs avec Failsafe (Subterranea 1997) et Headlong (The Wake 1985).

Une prestation de haut calibre livrée avec brio, près de deux heures trente de musique d’une qualité sonore irréprochable, des éclairages et des jeux de lumière bien dosés, et le tout agrémenté par des vidéos sur trois écrans géants en arrière-plan. Bref, une expérience sensorielle des plus complètes.

Crédit photos : Jean-François Desputeaux