|

Joe Dassin de retour sur scène

Hommage à Joe Dassin par Benoit Labonté

C’est hier soir, 15 avril au Capitole de Québec, qu’un hommage à Joe Dassin a été présenté. Ses classiques ont soigneusement été interprétés par Benoit Labonté. Un spectacle monté il y a peine un an!

Un Joe Dassin qui marquera son temps
Joe Dassin est né d’une mère hongroise et d’un père russe en 1938. Son premier morceau, en 1965, Je change un peu de vent, ne fait pas tout de suite l’unanimité, mais il n’abandonne pas pour autant. C’est plutôt vers la fin des années 1960 que sa carrière débute réellement. Cette dernière l’ayant propulsé dans les plus hauts sommets avec plus de 50 millions de disques vendus et ses chansons reste encore très écoutée aujourd’hui. Il s’éteindra malheureusement le 20 août 1980 en raison de problème de santé.

Une soirée mémorable
Alors que le rideau s’ouvre sur Les Champs-Élysées, c’est tout un public qui accueille en grand Benoit Labonté. Sa voix se prête bien au jeu puisque la ressemblance est mordante. Tout vêtu de blanc, sa mission est de faire passer un agréable moment à son auditoire tout en éveillant les souvenirs enfouis en chacun en interprétant les chansons de Joe Dassin.

Inutile de dire que la salle est pleine à craquer et que c’est une ambiance enthousiaste qui règne. Entouré de ses musiciens et choristes, Benoit Labonté est aussi accompagné de trois chanteuses/violonistes qui agrémentent le spectacle par leur présence active.

Plongé dans l’univers de Joe Dassin à l’aide de petites capsules vocales récapitulatives de sa vie, le public semble complètement conquis! S’enchaîne ensuite Le chemin de papa, inspiré par la vie de bohème qu’il a vécue en raison des fréquents déménagements de son père (pour sa carrière de cinéaste).

Hommage à Joe Dassin par Benoit Labonté

Dans les années 60, il alla en Europe, où il a rencontré sa première copine dans une soirée costumée. D’où la chanson Cécilia. C’est sans oublier Guantanamera et Le moustique qui touchent des cordes sensibles et font ressentir les plaisirs de l’été qui arrive à grands pas. Benoit Labonté n’oublie pas Les plus belles années de ma vie qui reste sa favorite de toutes.

Plusieurs incontournables comme L’été indien, À toi, Et si tu n’existais pas, Si tu t’appelles mélancolie et Les petits pains au chocolat étaient au rendez-vous ce soir. Alors que c’était le tour de Dans les yeux d’Émilie, une jeune femme du prénom d’Émilie a monté sur scène et a eu le privilège de se faire interpréter la chanson de près.

Une belle finale
Les dernières pièces musicales ont fait lever les gens debout. Les uns dansaient, alors que les autres tendaient les mains dans les airs. C’était une véritable ambiance festive et un spectacle réussi qui arrivait à sa fin!

Comptabilisant 26 morceaux, cet hommage a su plaire par son côté rassembleur et charmant. Il sera également possible de voir ce spectacle le 7 octobre prochain : www.lecapitole.com

Crédit photos : Mario Bastien

Voir aussi : , , ,

Laisser un commentaire